Jour 2 : Saint-Lunaire - Le Guildo

IMG_6831.jpeg

Jour 2

🏕Date : 2 mai

🏕Distance : 29,6 km

🏕Départ - Arrivée : Saint-Lunaire (camping de Longchamp) - Le Guildo

🏕Nombre d’ampoules : 6 ...

On ne peut pas dire que la nuit fut vraiment bonne ... sans qu’elle soit vraiment mauvaise non plus. Il faut dire que c’était la première fois que je testais mon sac de couchage ... et mon matelas ... et ma tente. C’était aussi la première fois de ma vie que je testais pour de vrai le backpacking : ça me plait beaucoup, et c’est quand même une bonne nouvelle, étant donné qu’il me reste un mois et demi. 

miam le bon café !

miam le bon café !


Le début de la journée est irréel : je décolle à 8h30 et à cette heure-là, je suis seule avec les traileurs (brotha from anotha motha) et les golfeurs (avec qui j’ai moins d’affinités). Le sentier dans ce coin-là - juste après Saint-Lunaire - est magnifique et j’ai le moral à 250 (sur une échelle de 249). Tout au fond, je vois le Cap Fréhel et son nez à-pic : rendez-vous dans 2 jours !

le cap Frehel est tout a droite

le cap Frehel est tout a droite

Bon, par contre, j’ai deux ampoules sous chaque pied ; il fallait bien que ça arrive, et c’est à ça que servent les Compeed. En plus, j’ai mal visé pour ma pause dej et je n’en peux plus des polders à la sortie de Lancieux. Je commence à criser : c’est plat, je m’ennuie, j’ai mal aux pieds et surtout : JE MEURS DE FAIM. Je suis à deux doigts de m’arrêter sur le bord de la route pour déjeuner d’un reste de saucisson et d’un Belvita (tristesse ultime), quand soudain au loin : un resto ouvrier. Va pour le resto ouvrier. Je commence à croiser les doigts très fort : « pitié, pas du boudin ... tout, mais pas du boudin… ». J’arrive devant un panneau : « un jeudi sur deux, couscous ! ». Oui, mais… Est-ce-qu’on est le bon jeudi ?

A l’intérieur tout le monde me dévisage. Je suis rouge comme un homard trop cuit, mon T-shirt est à l’envers et je ne travaille pas dans le BTP : donc, je détonne. La serveuse me place à table avec quatre types qui ne parlent ni entre eux, ni avec moi. Grosse ambiance à Trégon beach. Ceci dit à ce stade, je m’en fous. Je veux juste savoir. Couscous or not couscous ? Le menu du jour est affiché sur le mur ... et .... miracle ... ITS COUSCOUS DAY! J’en sauterais de joie si je n’avais pas aussi mal aux pieds. Pour ceux que la présence du couscous en Bretagne étonne, sachez que l’alternative était un croissant fourré jambon fromage. Convaincus ? Évidemment, rien à voir avec celui de l’Arc (dont les amateurs se reconnaîtront) mais c’était quand même pas mal.

IMG_6832.jpeg
IMG_6886.jpeg

En repartant j’écoute le podcast « les couilles sur la table ». Je vous le conseille d’ailleurs, c’est très bien ; tellement bien même que, toute occupée que je suis à échafauder la destruction du patriarcat, j’en oublie de regarder où je vais et que je loupe un tournant. S’en suivent 20 minutes à patauger dans les orties de Saint-Jacut-de-la-Mer : je croise trois fois la même dame qui finit par m’indiquer, prise de pitié, la direction de la mer. Merci madame. 

Pause supermarché à Saint-Jac’, histoire de ne pas reproduire l’erreur d’aujourd’hui.  J’hésite longuement devant le rayon petit-déjeuner. « Sophie » (ainsi s’adresse à moi mon subsconscient) « Regarde les choses en face : vas-tu vraiment traîner 400g de Trésors de Kellogg’s (TM) au rapport calorie/gramme douteux ? Ne serait-il pas opportun de se contenter des Belvita ? » Hélas, chers lecteurs : je suis repartie avec les Trésors de Kellogg’s. C’est comme ça. 

saiNt-Jacut vu du Gildo (j’espere que tout le monde sUit)

saiNt-Jacut vu du Gildo (j’espere que tout le monde sUit)

Je me mets doucement en quête d’un spot de bivouac. C’est la première fois que je bivouaque, et par conséquent la première fois que je bivouaque seule ; je veux donc un emplacement 5 étoiles - mais avant ça il faut que je trouve de l’eau. J’hésite quelques secondes devant le Château du Gildo (où se trouve un robinet d’une eau que j’assènerai potable), mais sans être superstitieuse, j’ai TRÈS PEUR DE ME FAIRE RÉVEILLER PAR DES FANTÔMES. La suite n’est pas franchement mieux : à ma droite la falaise, à ma gauche des propriétés privées. Je suis à deux doigts de planter la tente directement sur le sentier quand miracle - un trou de verdure où change une rivière, ou presque. Un poil en pente si je ne m’abuse, mais j’ai fait 30 bornes et j’en peux plus ! Je trempe les pieds dans l’eau : ooooooh yeah. 

IMG_6919.jpeg
IMG_6907.jpeg


Au menu ce soir : Korean Style Instant Noodles (spicy) avec vue sur mer. La vie est belle de ce côté de la barrière !