Jour 30 : Lanildut - Le Conquet

IMG_8519.jpeg

Jour 30

⛰Date : 30 mai

⛰Distance : 29,5 km

⛰Départ - Arrivée : Lanildut - Le Conquet

⛰Abers : done and done!

Réveil relativement tard ce matin ; je dois passer par la réception car je suis arrivée trop tard hier pour régler ma nuit. Tant mieux : je laisse passer la dernière bruine de la nuit, comme ça. Ce camping a l’excellente idée de mettre Nostalgie à fond dans les sanitaires, ce qui est à la fois un peu absurde et très rigolo : il est visiblement difficile pour mes voisins éphémères de se retenir à entonner en cœur Daniel Balavoine. Je repars quand même assez galvanisée par cette petite incursion matinale dans les années 80. 

IMG_8472.jpeg


Le bourg de Lanildut est magnifique, avec des manoirs (et leurs jardins !) datant de la grande époque du port, qui se situe à l’embouchure de l’Aber Ildut, que je vais lui même remonter aujourd’hui. Ça vous rappelle quelque chose ? Moi aussi. Allez, c’est le dernier, le paysage est quand même très beau (même à marée basse) et en plus celui-ci doit être le moins long : je suis à Porscav pour ma pause dej’. C’est la fin des abers ; je repasse sur une côte de falaise, ce qui pour être parfaitement honnête ne m’avais pas manqué. Je tombe, peu après, sur un festival, dont j’ai effectivement vu les affiches un peu partout et j’ai le droit à la répèt en live de Thiefaine (au début, j’ai cru que le festival avait commencé et qu’il n’y avait aucun applaudissement après ses chansons, ce que je trouvais SCANDALEUX !! Et puis en fait non.) Bon, ça ça m’intéressait moyen, mais dans deux jours il y a Thérapie Taxi ... mais je serai déjà loin. 

IMG_8489.jpeg


Enfin pour être loin, il faut déjà que j’avance ; j’essaye de canaliser le mois qui vient de s’écouler et qui a dû, d’une façon ou d’une autre, me servir d’entraînement, même si je continue à souffrir dans les montées raides et que j’ai l’impression de ne pas avoir fait de progrès. Le gros inconvénient de la falaise, c’est qu’en général non seulement ça monte et ça descend mais surtout que le sentier est ultra casse-gueule, avec une multitude de petits cailloux qui n’attendent, je le sais, que de sauter sur l’occasion de m’envoyer valser. Je suis déjà un peu cabossée : l’autre jour, j’ai perdu le sentier sur la rive d’un aber et j’ai dû remonter sur la rive avec euh .. mes petits bras musclés, en m’emmêlant dans les ronces au passage. J’ai donc déjà les mains pleines de cicatrices et je tiens, si possible, à garder ma dignité vaguement intacte pour le reste de la rando, donc je dois redoubler d’efforts. 

IMG_8492.jpeg


Il y a forcément plus de monde sur les sentiers en ce jour férié - et nous sommes maintenant bien prêts de Brest -, ce qui a tendance à m’agacer : j’ai l’habitude d’avoir tout le GR pour moi et je dois partager mon terrain de jeux avec les autres. Pfff. Non, en fait j’arrête vite de râler, car un mec m’interpelle pour me montrer un truc au loin : des dauphins !! Ils sont en train de jouer dans les vagues et on les voit sauter hors de l’eau. Je n’en reviens pas - même si j’ai déjà vu des dauphins en Bretagne, et lors d’une occasion mémorable, nagé avec l’un d’entre eux à Saint-Gué. Mais là, c’est vraiment exceptionnel, et puis malgré tous leurs inconvénients, il y a quand même un truc super avec les falaises : le paysage est rarement décevant, et là c’est 10/10. Ouessant et Molène en face de nous, la mer turquoise et bleue, la falaise, les dauphins. Fou !

La qualite Est naze, mais on Devrait voir le dauphin !

La qualite Est naze, mais on Devrait voir le dauphin !

Je passe la pointe du Corsen, le point le plus occidental de la France continentale, qui est aussi la ligne de partage officielle Manche / Atlantique. J’y suis ! Je ne peux pas m’empêcher de trouver ça incroyable, d’autant que ça y est, tout au fond, je vois ... la pointe du Raz. Ohlala. Je n’y serai pas avant encore quelques temps, mais c’est incroyable. En dessous de la pointe du Raz, je connais le chemin par cœur ; c’est la baie d’Audierne, et la pointe suivante c’est ... Saint-Gué (Penmarc’h pour être exacte). My god! Ça va arriver vite ... 

IMG_8497.jpeg


Je suis un peu claquée quand j’arrive au camping - et assoiffée, j’ai encore mal géré là dessus. Je refuse d’utiliser ma serviette qui a traîné Dieu sait où et je passe donc un quart d’heure vraiment très agréable à la sortie de ma douche. Peu importe : je suis dans ma tente fort bien installée, et c’est bientôt Brest, et je vais bien dormir ce soir. À demain !

IMG_8514.jpeg