Jour 44 : Goulien - Plogoff

IMG_9742.jpeg

Jour 44

📉Date : 13 juin

📉Distance : 25 km

📉Départ - Arrivée : Goulien - Plogoff

📉Dénivelé : tout à fait acceptable

Je repars du bon pied ce matin : personne n’est venue me déloger de mon coin semi-légal, et je n’ai pas besoin de reprendre la départementale pour retourner sur le GR. Ouf. En plus, je suis sortie de la vraie zone de falaises pures et dures et le sentier est à la fois plus plat et plus varié : tant mieux, j’avais un peu peur de repartir pour un remake de la veille, ce qui m’aurait moyennement plu. Il y a par contre toujours un petit vent qui ne s’arrête pas, ce qui m’oblige à faire des pauses un peu n’importe où si je veux être à l’abri, genre dans un creux au milieu du sentier ou accroupie derrière un rocher. Enfin bon. Comme dirait l’autre, c’est la Bretagne. 

IMG_9712.jpeg
IMG_9714.jpeg


Il fait encore un peu gris ce matin mais ça se lève assez vite et je passe mon temps à déranger des lézards qui se prélassent au soleil et se carapatent dès que j’arrive. Des lézards ... mais pas que. Je suis en train de descendre une côte et je m’apprête à enjamber une racine comme il y en a des centaines sur les sentiers quand ... elle se met à onduler. C’est une couleuvre, pas très grosse (40-50 cm peut-être) mais suffisamment pour me faire bien flipper : je reste hébétée quelques secondes en la regardant disparaître dans les ajoncs. Mon premier serpent ! Toutes mes excuses à la faune bretonne, dont j’avais déploré il y a quelques temps le manque d’exotisme. 

IMG_9718.jpeg


Je passe la pointe de Brézellec, celle du Castelmeur puis celle du Van, où je vais faire ma pause dej. C’est la dernière avant la pointe du Raz et ça se sent : il y a plus de monde sur les sentiers, qui sont en retour bien plus larges et plats (même si évidemment tout est relatif), ce qui me permet de souffler un peu. Les couleurs d’été commentent à apparaître dans la lande : violet de la bruyère et jaune des ajoncs et des genêts, et puis le rouge des filaments de la cuscute du thym, cette plante parasite qui s’accroche aux buissons de la lande. De loin, l’effet des couleurs est très beau ; de près ... ça reste une plante parasite. Je me cale derrière un rocher en haut de la falaise pour manger : j’ai une vue incroyable sur les oiseaux et la mer. Je reste d’ailleurs là beaucoup trop longtemps. 

IMG_9729.jpeg
IMG_9731.jpeg
IMG_9744.jpeg


Entre la pointe du Van et celle du Raz : la baie des Trépassés, où on retrouvait régulièrement, selon la légende, les corps des naufragés qui venaient s’y échouer. Ambiance. En tout cas aujourd’hui la mer est particulièrement calme et l’eau turquoise : rien à signaler. Au large du Raz, on voit à peine l’Ile de Sein : elle ne dépasse quasiment pas du niveau de la mer. Ça m’impressionne à chaque fois, j’aimerais bien y vivre une tempête ... En attendant, je m’engage - enfin ! - sur la pointe du Raz. Je passe à côté de son sémaphore, connu principalement pour avoir été l’endroit où mon papa a fait son service militaire. A ce propos, je ne résiste pas à l’envie de vous partager ce strip de Mafalda. Je n’ai trouvé que la VO, mais même sans parler espagnol, c’est hilarant, non ?

IMG_8759.gif


Bon, trêve de plaisanteries. Je contourne progressivement la pointe en m’attendant à avoir un panorama fou sur la baie d’Audierne. Je dois préciser que je suis déjà venue suffisamment de fois ici et qu’en plus, je vois ce même panorama (mais dans l’autre sens) tous les jours quand je suis à Saint-Guénolé, donc je devrais savoir à quoi m’attendre. C’est néanmoins très anticlimactic(je ne veux pas me la jouer trop bilingue mais il n’y a pas de bonne traduction pour ce mot : quand on s’attend à se retrouver devant le climax- d’un film, d’une situation - et que cet espoir est déçu. En l’occurrence : point de panorama. Enfin si, mais rien de très spectaculaire, pour plusieurs raisons : déjà, à partir de là, le littoral est bien plus plat et s’élève à peine au dessus de la mer : rien à voir avec les falaises bien distinctives. Et surtout, la géographie de la baie d’Audierne fait qu’elle s’étend de manière verticale et, pour une fois, sans circonvolutions : il doit y avoir, à vol d’oiseau, autant de distance entre ici et la pointe St-Mathieu (où j’étais il y a 2 semaines) et ici et Penmarc’h (où je serai dimanche matin). Ceci étant dit, j’arrive quand même à distinguer le phare d’Eckmühl, qui dépasse d’un petit centimètre à l’horizon. C’est là que je vais - et pour de bon. 

ici, en novEmbre 2016 …

ici, en novEmbre 2016 …

VS cet apres midi !

VS cet apres midi !


A Plogoff, je quitte temporairement le GR pour faire un saut dans un de mes endroits préférés au MONDE : Monsieur Papier, un café avec une vue folle sur la baie, une terrasse ensoleillée et une carte délicieuse. En plus de ça, ils ont une ligne de papeterie que j’adore à la folie : j’ai plusieurs de leurs affiches chez moi et je dois toujours me retenir pour ne pas dévaliser la boutique. Ils ont aussi une sélection de vaisselle et d’objets super soignée (des gobelets en émail Falcon, par exemple) - on dirait qu’ils vont chercher leur inspiration directement dans mon cerveau. D’ailleurs, ils ont aussi des livres à vendre, et le premier que j’aperçois est de ... Nicolas Bouvier : Journal d’Arran(un autre bout du monde, je trouve le choix très approprié), mais aussi Il faudra repartir (ce titre !). Je vous les conseille tous les deux, surtout si vous avez aimé L’usage du monde.Je réussis miraculeusement à ne repartir qu’avec un petit pins qui va enrichir ma collection. 

Je dors ce soir sous un prunier dont les Reine-Claude ne sont pas encore mûres, ce qui veut dire que c’est bientôt la saison ... ça sent l’été. Dans la ferme, il y a aussi des agneaux terriblement mignons : je vais essayer de ne pas en kidnapper un avant de partir demain. Croisez les doigts pour moi. 

IMG_9755.jpeg