Jour 33 : Bonus hors GR - Brest-même

IMG_8708.jpeg

Jour 33

🏄‍♀️Date : 2 juin

🏄‍♀️Distance : 0 km ! (sur le GR)

🏄‍♀️Départ - Arrivée : Brest

🏄‍♀️En photo : moi sur une planche de surf, vue d’artiste

J’avais presque oublié comme c’était bon de ne rien faire, ou presque. La météo a eu le bon goût d’être morose aujourd’hui, ce qui m’allait très bien : je n’avais pas franchement l’intention de courir partout. Surtout un dimanche, jour du Seigneur comme chacun sait, ce qui se traduit ici par le petit-dej au lit et visionnage intensif subséquent de Roland Garros. Voilà pour le programme. 

J’exagère ; en fait, après une longue grasse matinée, j’ai quand même fini par sortir de l’hôtel. Brest était un peu vide en ce dimanche de long week-end, et j’imagine que la bruine qui m’a accompagnée tout l’après-midi n’a rien arrangé. Je me suis retrouvée au Musée des Beaux-Arts, qui était un peu vide (pourtant, pour le premier dimanche du mois, c’était gratuit). Nous ne devions être qu’une trentaine à déambuler dans ses petites salles - il faut dire que l’expo temporaire était fermée. Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à toutes ces expos dont je suis ressortie dégoûtée à Paris, tant il fallait se battre pour y voir quelque chose. L’accrochage permanent m’a quand même beaucoup plu, même s’il manquait de cartels ; les salles sont regroupées par thèmes, qu’il faut un peu extrapoler tout seul - Brest, le Finistère, la mer, les artistes ayant vécu en Bretagne ? Le XIXe siècle ? Pas sûre. C’est quasi-exclusivement des tableaux. J’y ai quand même vu quelques œuvres qui m’ont beaucoup plu - bon, moi, à partir du moment où je vois Sonia Delaunay, ça me suffit - et redécouvert certains artistes (Pierre Peron en l’occurrence). Mais je dois dire que la collection d’affiches dans l’escalier est ce qui m’a le plus marquée - pourquoi est-ce qu’on a cessé de s’appuyer autant sur la typographie au profit de photos toutes plus laides les unes que les autres ? L’ensemble est très beau. 

IMG_8699.jpeg
IMG_8704.jpeg
IMG_8705.jpeg

J’ai poursuivi ma visite par les Ateliers des capucins, anciens bâtiments militaires et industriels en train d’être reconvertis en un grand lieu de vie brestois ; un genre de croisement entre le LU à Nantes et le 104 à Paris. Tout à fait ma came. J’y ai passé un long moment dans un café-brûlerie un peu snob (je le dis au sens tout à fait positif, je suis loin d’être la dernière à apprécier ce genre d’endroit) où on m’a servi un café fait avec une cafetière V60. Classique. Je continue à préférer ma petite French press (qui me manque horriblement) mais ça change des instantanés et autres expresso de passage. 

IMG_8717.jpeg

Les Ateliers abritent aussi la médiathèque de Brest, qui est vraiment très, très réussie. Ce genre d’endroits manque vraiment à Paris, où l’offre de bibliothèques est pléthorique, mais où la taille de la population empêche sans doute de créer un endroit comme ça. J’ai adoré la diversité des rayons et des publics, la présence d’un espace jeux (y compris vidéos !), les innombrables endroits où lire et travailler. On sent que tout le monde s’y sent bien. En passant dans les rayons, j’ai été arrêtée par un regard : celui de Nicolas Bouvier, qui regardait dans le loin depuis la couverture d’un livre. Vous y croyez, vous ? C’était une sélection sur le thème du voyage, qui contenait aussi, forcément, L’usage du monde. En l’ouvrant, j’ai vu une lettre (enfin, un mot) d’amour, griffonné au dos d’une enveloppe datée de 2016 et coincé dans la couverture plastique du livre. Je me suis demandée si personne n’avait emprunté L’usage du mondedepuis cette année-là ou si tout le monde, comme moi, replaçait la lettre dans le livre (après l’avoir lue) ... Je dois dire qu’en plus, d’un point de vue architectural, la médiathèque est très belle - et m’a rappelée, à une autre échelle bien sûr, celle de Seattle (désignée par Rem Koolhas) où j’avais passé quelques heures à défaut de pouvoir y passer des semaines. Bref, une réussite ; longue vie aux Ateliers. 

IMG_8721.jpeg

Je suis rentrée en tram (j’économise mes jambes), juste à temps pour la fin du match (fou !) Wawrinka / Tsitsipas, et puis ce soir je suis allée chercher des sushis, que j’ai mangés en pleurant abondamment sur la fin de mon bouquin - The interestings, de Meg Wolitzer. Il raconte les vies d’une bande d’amis qui se rencontrent dans un summer camp à l’adolescence. C’est très bien écrit, et l’utilisation de la chronologie m’a parue brillante ; pas au niveau de A little life, dans le genre, mais suffisamment pour me rendre horriblement triste de l’avoir déjà fini. 

Bon, du coup, il me reste quand même plein de choses à faire demain matin, et ensuite ce sera déjà l’heure de repartir ... pour le dernier tiers de l’aventure.